jeudi 8 septembre 2016

Incipit

    " Tout ce qui se dépose en nous, année après année, sans que l'on s'en aperçoive : des visages qu'on pensait oubliés, des sensations, des idées que l'on était sûr d'avoir fixées durablement, puis qui disparaissent, reviennent, disparaissent à nouveau, signe qu'au-delà de la conscience quelque chose vit en nous qui nous échappe mais nous transforme, tout ce qui bouge là, avance obscurément, année après année, souterrainement, jusqu'à remonter un jour et nous saisir d'effroi presque, parce qu'il devient évident que le temps a passé et qu'on ne sait pas s'il sera possible de vivre avec tous ces mots, toutes ces scènes vécues, éprouvées, qui finissent par vous charger comme on le dirait d'un navire. Peut-être est-ce cela que l'on nomme sagesse ... " 

Laurent Gaudé, Écoutez nos défaites, roman, Actes Sud, 2016.


samedi 25 juin 2016

Bleu


 Les yeux dessillés, le monde réel entrevu.


   " Et puis il y a des jours où tout va bien au milieu de cette vallée de larmes : un pan de ciel bleu se dégage dans un trou. Le bleu était sous le gris, il suffisait d'y penser. C'est dessous, donc c'est toujours bleu; et ça gagne, ça se lève - si l'on écarte les rayures qui fabriquent devant nos yeux ce réseau aussi contraignant que des barreaux. C'est comme si on avait passé sa vie sous une combinaison d'apiculteur avec un masque en grillage devant les yeux; on voyait tout en gris et brutalement : plein soleil, ah il fait beau. "

Olivier Cadot, Histoire de la littérature récente, Tome I, P.O.L. éditeur, 2016, p 106.


mardi 10 mai 2016

Le temps


Le temps
Sollers 
Mouvement
Écriture contrapuntique
Jean-Sébastien Bach 
le temps de la démesure.

« Hier, c'était il y a mille ans, avant-hier deux mille ans, une semaine sept mille ans, une année douze mille ans. C'est très clair, et je me souviens à merveille de ce que je faisais il y a vingt-quatre ou quarante-huit mille ans. Était-ce bien moi ? Aucun doute. Ou lui ? C'est pareil. « Pour toi le silence est louange.» Le temps est une louange continuelle, ce qui entraîne un violent désir de musique:
   « Éveille-toi, harpe, cithare,
     que j'éveille l'aurore ! »


Philippe Sollers, Mouvement, roman,Éditions Gallimard, 2016, p 14.




jeudi 14 avril 2016

Correspondances



« ... En réalité, tous les arbres sont des Cézanne, on devrait les appeler ainsi. Les pins, surtout ? Oui, mais aussi les autres. Leur façon d'éclairer l'espace où, la plupart du temps, nous n'entrons pas, que nous n'éprouvons pas. Si Proust, dans le Carnet de 1908 qui coagule en lui toute la Recherche du temps perdu, écrit : « Un clocher, s'il  est insaisissable pendant des jours, a plus de valeur qu'une théorie complète du monde », je l'approuve, je sens ce qu'il dit, mais je préfère me passer du mot « valeur » et remplacer, là encore, clocher par arbre, et me voici dans Cézanne, ce que va me confirmer une autre note: « Maman me donne la force de ne pas voir que par elle, car je sais que la mort n'est pas une absence et que la nature n'est pas anthropomorphique.» La mère de Cézanne, on doit s'en souvenir, l'a encouragé à peindre. Ce n'est pas rien. »

Philippe Sollers, Éloge de l'infini, Éditions Gallimard, 2001, p 23-24.

mercredi 24 février 2016

G.



   L'oreille collée à l'écorce, il écoute l'arbre. Il n'a encore  jamais osé écouter un arbre mort. Dans sa tête, les arbres sont rangés en catégories très distinctes. Ceux qu'il aime et ceux qu'il n'aime pas (sans raison). Ceux auxquels il est trop facile de grimper. Ceux auxquels il a un peu peur de grimper. Ceux d'où l'on peut voir, tout en haut, et ceux d'où l'on ne voit rien. Il y a aussi des catégories plus compliquées. Les arbres sont vivants mais pas comme les animaux. Quelle différence? Un, l'arbre est plus accessible. Deux, l'arbre est plus mystérieux. Trois, l'arbre est fixe. Quatre, l'arbre peut le cacher. S'il entaille l'écorce d'un arbre, il ne pense pas que l'arbre éprouve de la douleur. Quand une grosse branche est élaguée, il n'y a ni le son ni l'odeur de la douleur. Néanmoins, quand il est collé à l'écorce d'un arbre, il sent que celui-ci est vivant contre sa peau, bien plus que s'il se fiait à son raisonnement logique. Quand il touche un animal, la volonté de ce dernier intervient. Il y a un arbre dans lequel il monte le plus haut possible, et qu'il embrasse. Toujours au même endroit.

John Berger, G., Éditions de l'Olivier, 2002, p57-58.

jeudi 18 février 2016

Leçon de lecture


« J'aimais beaucoup lire. Ou faire semblant de lire. À la différence du théâtre ou du cinéma qui vous imposent leur rythme, il y a un style de lecture très proche de la rêverie. N'allez pas croire qu'il s'agisse de paresse. C'est à peu près l'opposé. Au lieu de lire bêtement (mécaniquement *), à la suite, le livre qui vous est proposé, vous vous arrêtez, au contraire, à chaque ligne pour ajouter au texte quelque chose de votre cru. Pour enrichir  l'extérieur d'un peu d'apport intérieur. Pour y mêler vos sentiments et votre propre expérience. Pour vous approprier l'œuvre étrangère qui vous est proposée. »

Jean D'Ormesson, Je dirai malgré tout que cette vie fut belle, Éditions Gallimard, 2016, p 121-122.


* ajout personnel de lecture.



mercredi 3 février 2016

Mémoire vive

« C'est une chose étrange à la fin que le monde
« Un jour je m'en irai sans en avoir tout dit
« Ces moments de bonheur ces matins d'incendie
« La nuit immense et noire aux déchirures blondes

« Il y aura toujours un couple frémissant
« Pour qui ce matin-là sera l'aube première
« Il y aura toujours l'eau le vent la lumière
« Rien ne passe après tout si ce n'est le passant

« Je dirai malgré tout que cette fut telle
« Qu'à qui voudra m'entendre à qui je parle ici
« N'ayant plus sur la lèvre un seul mot que merci
« Je dirai malgré tout que cette vie fut belle »

C'est ce dernier vers de Louis Aragon que Monsieur d'O reprend pour en faire le titre de son -comment dire ? - livre de souvenirs,  autofiction biographique, histoire d'une vie, procès, aventures, histoire littéraire, romance ..? Un monde, une époque, entre hauts et bas.

Jean D'Ormesson, Je dirai malgré tout que la vie fut belle, 
Éditions Gallimard, 2016.

mardi 26 janvier 2016

Aucun enfant n'est une île


« ... Dans le tumulte de l'heure de pointe, c'était son moi idéal qu'elle entendait, la pianiste qu'elle ne deviendrait jamais, interprétant sans fausse note la Partita n° 2 de Bach.
   Il avait plu presque chaque jour de l'été, les arbres du quartier semblaient avoir enflé, leur feuillage s'être étoffé, les trottoirs étaient lessivés et lisses, les voitures du concessionnaire de High Holbron impeccables. La dernière fois qu'elle l'avait vue, la Tamise à marée haute enflait elle aussi, d'un brun plus foncé tandis qu'elle montait, maussade et rebelle, à l'assaut des piles de ponts, prête à envahir les rues. Mais tout le monde poursuivait sa route bon gré mal gré, déterminé, trempé. Le jet-stream déréglé, poussé vers le sud par des facteurs incontrôlables, bloquait la douceur estivale en provenance des Açores, attirait l'air glacial du Nord. Conséquence du changement climatique causé par l'homme, des perturbations provoquées dans les couches supérieures de l'atmosphère par la fonte des calottes glaciaires, ou d'une suractivité des taches solaires qui n'était la faute de personne, ou encore des variations naturelles, des cycles récurrents, du destin de la planète. Ou bien de ces trois facteurs à la fois, ou seulement deux. Mais à quoi bon se perdre en explications et en théories si tôt le matin ? Fiona et le reste de Londres avaient du pain sur la planche. »

Ian McEwan, L'intérêt de l'enfant, Éditions Gallimard 2015, p 54/55.

jeudi 21 janvier 2016

Sous les nuages



- Il est vrai qu'on aura peu vu le soleil tous ces jours,
espérer sous tant de nuages est moins facile,
le socle des montagnes fume de trop de brouillard...
(Il faut pourtant que nous n'ayons guère de force
pour lâcher prise faute de peu de soleil
et ne pouvoir porter sur les épaules, quelques heures,
un fagot de nuages...
Il faut que nous soyons restés bien naïfs
pour nous croire sauvé par le bleu du ciel
ou châtiés par l'orage et par la nuit.)

Philippe Jaccottet, Pensées sous les nuages, Éditions Gallimard, 1983, p 19-20.

samedi 16 janvier 2016

La couleur du ciel et de la terre





        " Les derniers rayons du soleil envoyaient une lumière douce sur les grosses raquettes vertes des cactus qui bordaient un champ; dans le ciel où le bleu commençait à s'assombrir il y avait un unique petit nuage... ma pensée peut aller jusqu'à ce nuage ... « ici, lui avait écrit son mari pendant la guerre, nous avons des nuages gris pour la pluie et des nuages jaunes pour la mort »... Rania longeait un autre champ, respirait l'air qui venait de la mer en coups de vent... le vent est le compagnon des veuves... ses yeux s'attardaient sur le colza, son oncle avait voulu le colza, pour faire plaisir aux Français, c'était idiot, du colza en pays de palmiers et d'oliviers, pas idiot pour eux, la colonie doit produire pour la métropole disaient-ils, idiot quand même, elle gardait pourtant le colza, pour le bétail, parce qu'elle aimait la grande claque jaune de la floraison... "

Hédi Kaddour, Les Prépondérants, roman, Éditions Gallimard 2015.
p 17-18.