vendredi 13 mai 2011

Carnet 27

28.04.2011

     Le silence qui maintenant glisse sur tes lèvres et les plissent
     N'est-il pas plus beau que tes mots d'aujourd'hui ?

     Tes yeux qui se penchent sur l'infini
ton regard s'attardant sur un lointain à jamais inconnu de moi
     N'est-il pas plus beau que celui qui se posait ce matin sur mon visage ?

     Tes mains sur le clavier du piano qui vont et viennent cherchant déjà l'arpège suivant
     Ne sont-elles pas plus belles que celles qui un instant effleuraient les miennes ?

     L'instant, le bel instant où tu t'oublies dans l'ombre et qui déjà n'est plus.

4 commentaires:

  1. Cette part secrète de tout être.....

    RépondreSupprimer
  2. L'instant ...un moment de silence ...un bonheur ...être ...

    RépondreSupprimer
  3. Ô ! Comme est beau cet instant amoureux.

    RépondreSupprimer
  4. L'abandon, le lâcher prise, être juste avec soi...

    RépondreSupprimer