mercredi 15 juin 2011

Carnet 27

13.06.2011

      Nous étions  descendus au jardin respirant la nuit tiède guettant la première étoile du soir.

     T'en souviens-tu  ?

     Et de ce grand frisson qui a saisi tout à coup les grands arbres du parc, les tordant, comme pris d'un tremblement plaintif, leurs branches se vrillant en dedans, les feuilles bruissant puissamment, qui nous fit nous rapprocher encore plus l'un de l'autre, nos corps emplis du même frémissement ?

     Et du silence tout aussi subit qui s'ensuivit ?

     Nos mains dans l'ombre se sont rencontrées et j'ai senti alors combien ton coeur s'était ému de cette saute d'humeur à la moiteur de ta paume dans la mienne.

    Nous sommes alors remontés, main dans la main, vers la maison éclairée comme l'on gagne un refuge.

2 commentaires:

  1. J'ai eu un frisson ... de nostalgie en te lisant. Amitiés.

    RépondreSupprimer