samedi 22 septembre 2012

( 50 )

14 juin


     Comment n'aurait-il pas été touché et atteint, par ces lignes de Jankélévitch :

 " ... c'est un malheur de ne pas avoir rencontré la beauté, - un malheur ou une malchance; à peine plus qu'un regrettable petit ennui. Mais c'est un mal  de ne pas avoir été aimé. Dans le premier cas on dit c'est dommage; mais dans le second privé d'amour soupir : Hélas ! " (in  L'innocence et la Méchanceté), 

lui qui venait de la croiser et qui ne savait s'il était aimé ?


3 commentaires:

  1. "Hélas" me semble si faible...


    amitiés

    je ne vois plus rien dans "A mi-voix"
    dommage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > de Jeandler à Mémoire du silence : l'absence est cruelle.

      Supprimer