mercredi 27 juin 2012

( 8 )

12 mai

     Éblouissement. L'oubli est-il pensable en cette extrémité ? Proximité de l'égarement, à trop y revenir . À trop y retourner. Ivresse. Trouble. Folie trouble.


     Que restera-t-il, les fumées dissipées ? La vérité nue ? Est-elle possible quand elle frôle le vertige ? Vérité du vertige qui peut la dire ? Un vertige tentation. Saisi. Transi. S'y résume, s'y concentre un foyer de vie. Un creuset de sensations. Un abîme.

     Oui, entrer en abîme. Que la chute est enviée. Fasciné, réduit, trompé : ébloui.

     Est-ce affaire (victime) de faiblesse ?

     Mais si l'on n'était touché que resterait-il du monde, à passer si près des êtres et des choses le regard froid ? Un monde mort.

     " Qui cherche la vérité doit être prêt à l'inattendu, car elle est difficile à trouver et, quand on la rencontre, déconcertante . " Héraclite

4 commentaires:

  1. Votre dernier article, celui-ci donc, m'est particulièrement troublant, plutôt désarmant, lorsque je le relis avec plus d'aquité.
    Que dire de plus ? c'est à n'y rien comprendre, puisque nous ne nous connaissons pas.

    Ainsi donc, bonne journée à vous.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  3. Sublimes pensées...Méditer

    Douce journée Jean

    RépondreSupprimer
  4. jamais prêt, jamais ce qu'on attend. Griserie des avants, amertume du pendant. Au moins, au moins, ça a été fait, non ? N'est-ce pas mieux tout de même ainsi ? Que d'avoir laisser passer...


    c'est une belle série que vous nous offrez là.

    RépondreSupprimer